CETAB+ | Centre d'expertise et de transfert en agriculture biologique et de proximité

CETAB+

Le Centre d'expertise et de transfert en agriculture biologique et de proximité

Des surplus de sirop qui n’empêchent pas de dormir

-A +A
Nouvelle
Date de publication: 
Wednesday, 14 March, 2012

Le sirop biologique représente environ 40 % des 36 millions de livres de sirop garnissant la réserve de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec, soit deux fois plus que sa part dans la production totale. Que 40 % de la réserve soit composée de sirop d'érable biologique n'inquiète pas outre mesure le secteur. Sauf que dans le contexte de surplus actuel, les dividendes additionnels escomptés par les acériculteurs biologiques sont fortement amenuisés. La prime (15 cents la livre) est en effet payée sur la base du sirop biologique vendu, soit 60 % en 2011. En pratique, la prime correspond donc à 9 cents la livre. Or, les producteurs doivent assumer des frais de certification qui varient de 450 $à plus de 1000 $ selon le nombre d'entailles et de site d'exploitation. De plus, ils doivent composer avec un cahier des charges rigoureux. Producteur acéricole à Mont-Laurier, Serge Valiquette craint que ce soit d'abord de petits acériculteurs qui renoncent à produire du sirop biologique, car ils sont en moins bonne position pour absorber les frais de certification dans un contexte où la prime n'est versée qu'à 60 %. M. Valiquette réitère qu'il faut mieux cerner la demande réelle de sirop biologique qu'il évalue, selon son expérience, à quelque dix millions de livres par an. Mais il y a une demande pour le créneau des produits naturels et il faut continuer à faire du démarchage et de la promotion pour le développer. Nous effectuons des représentations dans plusieurs salons d'alimentation, le plus récent étant le BioFach, en Allemagne. » M. Chouinard a soulevé la « nouvelle donne » qui découle de la hausse significative de la production de sirop d'érable des États-Unis. « Il faut composer avec la production biologique américaine qui va se retrouver tant sur les marchés intérieurs qu'étrangers. » Les producteurs de sirop biologique du Québec peuvent exporter leurs produits à la grandeur du Canada, sans embûches. Depuis le 1er janvier 2012, la norme biologique du Canada(NBC) sert de base pour la certification des produits biologiques du Québec.

Source : Terre de chez nous, 14 mars 2012